André-Marie GBENOU: Quand on refuse, on dit non.

 Kourouma

 

Brève étude romanesque: QUAND ON REFUSE ON DIT NON

Présentation de l’oeuvre

D’origine ivoirienne, Ahmadou Kourouma est né en Côte d’Ivoire en 1927 et mourut en France en 2003. Auteur de plusieurs œuvres dont Allat n’est pas obligé qui lui obtint le prix Renaudot en 2000, Ahmadou Kourouma est l’un des plus grands auteurs africains, en l’occurrence de l’Afrique Occidentale.

Œuvre posthume et d’ailleurs dernière de ses œuvres, Quand on refuse, on dit non retrace les moments forts de la guerre tribale en Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une échauffourée qui mettait aux prises les Bété du Sud et Dioula du Nord, laquelle échauffourée fut à l’origine d’importantes pertes en vies humaines.

La couleur noire de la première couverture accompagnée du regard dédaigneux du jeune sur la photo, laissent déjà penser à un message affreux et horrible que s’en va narrer l’auteur.

 

Bref résumé de l’oeuvre

Quand on refuse, on dit non relate les moments forts de la guerre tribale en Côte d’Ivoire. La guerre du Liberia terminée, Birahima, enfant soldat, héros du roman, est arrivé chez son cousin, qui vivait avec sa femme. Là, le héros mène une vie placide, tranquille jusqu’à la triste mort de son cousin. Il fut alors hébergé par l’Iman Youssouf Haidara, père de la fille Fanta dont il s’éprendra plus tard. Il fut subjugué par la fraicheur douce et la beauté de la jeune mousmé. Birahima acceptera de conduire la princesse hors de la ville de Daloa afin de fuir les massacres qui y perdurent, espérant obtenir protection chez les siens.

Tout au long de leur voyage, la jeune intellectuelle Fanta s’attelait à conter à Birahima l’histoire économique et socioculturelle du pays .

Mais le héros, sur la route de Bouaké, avec son bas niveau d’étude et de compréhension essayait de cerner ce que lui narrait la jeune princesse.

 

Structure de l’œuvre

Composé de 160 pages dont une partie supplémentaire( de page 141 à 160), Quand on refuse, on dit non est structuré en trois grands chapitres.

  • Le Chapitre 1 est consacré au récit de la guerre au Liberia puis le début de la guerre en Côte d’Ivoire entre Bété et Dioula (page 11 à 36) ;
  • Le chapitre 2 quant à lui est réservé en partie à la narration de l’histoire du pays (37 à 84) ; et
  • Le troisième chapitre parle du voyage de Birahima et Fanta (85 à 140).

 

Thème principal

Quand on refuse, on dit non regorge une panoplie de thèmes. Mais il faut noter que le principal autour duquel gravitent les autres est : la guerre tribale.

Personnage principal

Birahima est le héros du roman.

Après une mauvaise période de guerre au Liberia et en Sierra Leone, Birahima revient dans son pays d’origine, la Côte d’Ivoire où sévissait aussi la guerre tribale.

Il resta d’abord chez son cousin et sa femme Sita, professeur de français au Lycée avant de rejoindre après la mort de son cousin, l’Imam Youssouf Haidara, père de la fille dont il tombera amoureux.

Quelques mots ou expressions

  • aller griller son arachide : s’enfuir
  • flagornerie : flatterie basse, insignifiante, non considérable
  • hétéroclites : qui s’écartent des règles d’art
  • mignoter : cajoler, traiter avec tendresse
  • vitupérer : blâmer violemment ; signifie aussi éviter
  • être à cul : ne plus avoir de ressources
  • être tombé sur le cul : être stupéfait

 

 

Du même auteur :

Les soleils des indépendances (1970)

Monnè, outrages et défis (1990)

En attendant levote des betes sauvages (1998)

Le Diseur de vérité (1998)

Yacouba, chasseur africain (1999)

Le chasseur, héros africain (1999)

Le griot, homme de paroles(1999)

Allah n’est pas obligé(2000)

 

Etude romanesque faite par André-Marie GBENOU.

Année d'étude: 2013( Techniques d'Expression à l'Ecrit et à l'Oral, T.E.E.O, ENAM 2013; Archives).

Année de publication: 2016

Disponible sur: dimariagbenou.wordpress.com / andrmariegbenou.e-monsite.com