Cotonou la ville qui m'a tout donné, Calavi celle qui m'a tout arraché...

 

Je me suis appliqué sur mes copies au baccalauréat...Les enseignants ont lu mes écrits et séduits, ils ne trouvaient pas d'autre choix que de me donner de bonnes notes. Le jury 67 a dit " ce n'est pas possible! Quelle élégance! Non mais, qu'on déclare admis ce jeune! vite vite"...Il se fait que le jeune André-Marie va continuer ses études, encore? mais non, j'ai déjà assez étudié moi...Et si on en arrête là? Mon père dit " Monsieur, celui qui a le bac est bon pour préparer la sauce à ses parents". Tel que je le sais ironique, je compris vite qu'il me disait indirectement - enfin même si c'est direct- que mon diplôme ne avalait encore rien, du genre " peut mieux faire".

Je viens à Cotonou, j’emménage à Sainte Rita, mon quartier d'amour, mon bébé de quartier, le coeur de mon amour, l'âme de mon âme. J'ai pu avoir ma moto Dayang propre, dernier cri... Je me la suis acheté avec l'argent de personne. Ma tachou m'a offert un joli ordinateur, plus mignon que mon ex petite-amie. Sainte Rita (Wloguèdè précisément), je pouvais sortir faire trois au Burkina, au Mali ou encore à Madagascar sans fermer la porte et je revenais voir intacts tous les objets de l'appartement...Tous mes beaux jours d'après bac, je les ai connus à Cotonou, avec Phlippe (Ilaci), Isidore, Razack, Nash, etc...Cotonou, ma ville chérie , a couronné de succès mes efforts.J'ai eu mon diplôme sans me soucier de Benoit XVI.

Un mois après l'obtention de mon parchemin (même s'il ne pare aucun de mes chemins), pour des raisons indépendantes de la volonté de Dieu (lol), je me retrouve à Calavi, laiila...Yeeeh, je dis Calavi là, c'est pas ville deh...Je vous dis Bakhita, Bidossessi, yaaaa, ils volent làààààà jusqu'à Benoit XVI a renoncé à la papauté...Trois mois après mon emménagement, ma moto a été piquée piam...Trois mois après, mon ordinateur  été volé avec élégance et dextérité...Un mois après, mes deux téléphone a été volé,  la maison en face de la nôtre a été visitée deux fois en un mois: 300.000F pris, un ordinateur volé...

Et cette ville, beaucoup de choses s'y passent: vol, braquage, assassinat, enlèvements d'enfants (Womey en est le quartier-type), purée !

A Calavi que j'ai connu les moments les plus tristement terriblement rudement mauvais de ma vie...

Vraiment, Calavi m'a tout arraché...sauf moi-même...